Bourse Action

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Publication immédiate,samedi 7 juin 2008

 
QUEL PEUT ÊTRE L'IMPACT
DU MULTICULTURALISME
SUR LES FINANCES DE VOTRE
ENTREPRISE ?»

conférence exclusive de
André Drouin et Bernard Thompson
à la tribune de la
« Bourse Action »
Tapez:   www.bourseaction.org  
 


par Michel CLOUTIER
Journaliste d'enquête
Journal Québec Presse
SHAWINIGAN, QUÉBEC
?

André Drouin et Bernard Thompson, auteurs dur et en tissant « Code de vie de Hérouxville », qui fit le tour du monde non sans remous et provoqua au Québec la commission d'enquête Bouchard-Taylor sur les accomodements raisonnables envers les immigrants, s'amènent à la tribune de la «Bourse Action » à titre de conférenciers, ce mercredi 18 juin à 19h, au restaurant le « Resto-Pub » du 880 Promenade Saint-Maurice, à Shawinigan, Québec. Www.restopub57.com  (Resto-Pub est commanditaire dela Bourse Action)

EN EXCLUSIVITÉ

En exclusivité, le célèbre duo réclamé par la presse mondiale, entend répondre à la question suivante :
« Quel peut être l'impact du multiculturalisme sur les finances de votre entreprise ? »

Armés de patience et restant forts posés dans leurs réponses, André Drouin et Bernard Thompson,
se montrent efficaces dans l'entrevue qu'ils accordent aujourd'hui au Journal Québec Presse, depuis le restaurant « Le Timothée » àHérouxville.

DANGERS À L'HORIZON

« Je sais exactement où on s'en va dansle processus. Je sais les dangers  que les hommes et les femmes d'affaires courent au Québec. Or, le titre de notre conférence pourraît être ce qui suit : Quel peut être l'impact du multiculturalisme sur les finances de votre entreprise ? », dévoile André Drouin.

À son avis, personne ne fait le lien ENTRE le rapport Bouchard-Taylor sur les accomodements religieux ET
les entreprises.Là-dessus, Bernard Thompson précise avec le même sens pratique :
 
« C'est assez simple, tu ne peux pas parler de multiculturalisme sans parler au départ d'immigration. Et on sait que l'immigration souhaitée par les gouvernements à l'heure actuelle, c'est une immigration basée sur le fait que ces gens-là, des supers diplômés viennent travailler ici dans la haute technologie par exemple. »
 

PHOTO : André Drouin et BernandThompson n'affichent aucune variation d'humeur malgré parfois la duretéambiante des entrevues à travers les médias de la planète.

À quoi donc s'attendredes nouveaux arrivants qui ont comme bagage une religion leurinterdisant certaines choses ? Question primordiale, sinon existentielle selon eux, face au tissu social québécois dont les perspectivesnationales risquent de créer de fortes tentions ambiantes envers l'esprit des accomodements religieux.

« C'est pourtant si simple : le Québec ne veut pas d'accomodement religieux. Ils sont 80pour cent des citoyens qui n'en veulent pas selon les sondages »,insistent MM. Drouin et Thompson.
 

Ilsestiment que tout roulerait sur des roulettes au Québec comme au Canada si les accomodements religieux n'existaient pas. Voilà toute l'affaire.

N'étant pas des agitateurs, mais des éveilleurs de conscience, Drouin et Thompson restent sur la voie royale de la démocratie. Ils abordent le problème des accomodements religieux en donnant accès à des champs d'expression plus large, c'est-à-dire en plaidant pour un gouvernement résolument laïc avec en prime, des trésors de compréhensions qui animeraient les diverses religions, sans que celles-ci doivent imposerl eurs coutumes dans l'administration publique. Et à tous les niveaux.

EN LIBERTÉ SURVEILLÉE ?

Les deux hommes d'Hérouxville se sentent libres comme l'air d'en parler et d'en débattre sur toutes les tribunes du pays et d'ailleurs puisqu'ils n'ont aucune attache politique. Aucune liberté surveillée dans leur cas.

Personne ne finance leur action. Ils sont des citoyens à part entière, la conscience tranquille mais qui empruntent toutefois les chemins les moins fréquentés et que redoutent les politiciens d'aujourd'hui, contraints de suivre stratégiquement la ligne de leur parti. Une liberté devenue relative chez les élus sans envergure pour la plupart,étant fort occupés à triompher d'une élection à l'autre en évitant à tout prix les conflits et les heurts sociaux. La torpeur hivernale habite nos politiciens, cachés par la routine douze mois par année. Les engagements corps et âmes leur échappent.

Ce chapitre concernant les entreprises n'a jamais été traité publiquement par les auteurs du «Code de vie ». Seulement en privé et de façon totalement confidentielle.

« Et voilà,maintenant ce sera une première devant les micros depuis la Bourse Action. Nous sommes heureux d'aller en parler devant la relève des jeunes entrepreneurs de la Mauricie qui participent au programme privé de la Bourse Actionen Mauricie », fait part André Drouin.

LA BOURSEACTION

LaBourse Actionest une bourse privée, la plus grosse jamais offerte en Mauricie avec un premier prix de 20 000 dollars. Tapez sur : www.bourseaction.org  
 

Président d?honneur de l?événement en Mauricie, Jean-Pierre Jolivet se fait réceptif et diplomate.« Il faut passer à la vitesse supérieure en restant ouverts et disponibles pour les nouveautés comme cette Bourse Action. Nos jeunes entrepreneurs ne sesentent plus seuls aux commandes. Et l?année 2008 démarre du bon pied», dit-il.
Ne laissant rien dans l?ombre, M. Jolivet,doué d?une force de caractère, plaide pour une économie régionale forte?sans devoir se frotter aux autres : « Travaillons avec discipline, évitons les jugements catégoriques. Soyons tous patients et compréhensifs. Nos villes ont  élargi leurs horizons et c?est propice pour canaliser nos énergies communes », signale-t-il. Pas question pour M. Jolivet dehisser le drapeau blanc pour une pose. L?économie est l?affaire de tous,c?est sans répit dans une relation dynamique entre partenaires de tous les horizons, selon lui.
 
 

MM. André Drouin, BernardThompson, Daniel-Alexandre Brouillette (président-fondateur deMédia Publinet International www.mediapublinet.netDaniel-Alexandre Brouillette
Michel Cloutier(président-fondateur du Journal Québec Presse (www.journalquebecpresse.org  Michel Cloutier, journaliste, écrivain,historien); et André Perreault (  André Perreault ), président de la « Bourse Action », unebourse privée. Absent de l'entrevue du Journal Québec Presse, Jean-Pierre Jolivet, président d'honneur de la« Bourse Action»  pourla Mauricie.